Croix-Rouge Burkinabè

Accueil > Actualité > Moyens d’existence : DES RESULTATS FLATTEURS POUR L’APPROCHE « AMELIORATION DE (...)

Moyens d’existence : DES RESULTATS FLATTEURS POUR L’APPROCHE « AMELIORATION DE LA CHAINE DE VALEUR »

lundi 5 février 2018

A Fada et Orodara, les Groupements Dougou de Otoiklè et Gaman de Gnanfè volent mieux de leurs propres ailes. Après avoir été soutenus il y a 10 ans par la Croix-Rouge burkinabè et la Croix-Rouge espagnole dans l’amélioration de la chaîne de valeur de production et transformation des produits alimentaires, les membres des associations s’en sortent mieux dans leurs activités. Entre juillet et octobre 2017, une étude commanditée par la Croix-Rouge britannique (CRB) a permis de s’en rendre compte.

(photo d’illustration)

L’évaluation a été conduite dans le but de mieux documenter au sein du Mouvement les approches de soutien aux moyens d’existence. Sur le terrain, les experts ont pu collecter des évidences de réussite, relevé de bonnes pratiques qui peuvent être dupliquées ailleurs. Au contact des bénéficiaires, les experts ont pu noter que les activités menées afin d’améliorer la chaîne de valeur pour la production de produits laitiers et de produits dérivés du manioc, ont permis une formalisation des activités de transformation et une professionnalisation des membres des deux groupements. De façon pratique, l’appui de la Croix-Rouge leur a permis d’augmenter les quantités produites et la qualité de leurs produits afin d’avoir une meilleure pénétration sur le marché et assurer ainsi des revenus.
L’étude de la CRB souligne en outre que les activités de transformation ont permis une hausse des revenus qui ont tout de même besoin d’être stabilisés toute l’année. L’approche « amélioration de la chaine de valeur » peut aussi se réjouir d’avoir contribué à une amélioration des conditions de vie des ménages avec notamment une autonomie des femmes et une hausse dans leur participation à l’économie familiale pour les dépenses en santé, scolarisation, alimentation ainsi qu’une amélioration dans leur accès au crédit. Aujourd’hui, en dépit de quelques difficultés relevées, la vie est plus rose pour le Groupement Dougou de Otoiklè qui gère une mini-laiterie et le groupement Gaman de Gnanfè qui dirige une unité de transformation du manioc.

En définitive, l’approche sur l’amélioration de la chaîne de valeur peut engendrer des impacts importants sur les conditions de vie des ménages et principalement sur les revenus. Elle demande néanmoins une mobilisation importante en termes d’expertise technique de l’organisation et nécessite du temps pour que les personnes s’approprient l’approche et adoptent la culture entrepreneuriale.

NB : les noms des groupements et des localités ont été modifiés pour raisons de confidentialité.